L'eau

Quel est son rôle dans l’organisme ?

Elle est responsable du transport des nutriments vers les cellules et de l’élimination des déchets métaboliques.
 


Les échanges entre le milieu cellulaire et le milieu extracellulaire sont régis par le phénomène d’osmose et c’est la différence de concentration entre les 2 liquides séparés par la membrane cellulaire qui crée le phénomène de pression osmotique.

Plus l’eau est résistive meilleure sera l’élimination des déchets pour acquérir une bonne capacité immunologique. Par son pouvoir calorifique élevé, elle permet la régulation de la température corporelle.

Boire quelle quantité ?

Nous perdons environ 2 ,5 litres par jour : 600ml par la peau, 300ml par la respiration, 200ml par les selles et 1400ml par l’urine. Pour un bon fonctionnement de l’organisme nous devons boire 1,5 litre par jour, le reste étant contenu dans l’eau des aliments et par le résultat de leur oxydation. Nos reins filtrent plus de 180 litres par jour en filtrant environ 40 fois notre sang par jour. Il est donc important de boire une eau de qualité peu chargée en électrolytes afin d’éviter une accumulation de ces composées dans les organes et notamment dans les reins pouvant entraîner la formation de calculs.

Qu'est-ce-que l'eau potable ?

Une eau est considérée comme potable si elle est agréable à boire et si elle n’entraîne aucun risque pour la santé. Elle doit être limpide inodore et incolore, avec une saveur fraîche car contenant de l’air dissous et elle doit être légèrement minéralisée. Les nitrates et leurs dérivés, les nitrites, les pesticides, les sulfates, les détergents, les hydrocarbures, le chlore et les organochlorés, les métaux lourds, les virus et les bactéries sont les principaux éléments nuisibles contenus dans l’eau, et de plus en plus présents dans l’eau de boisson. L’eau du robinet provient soit du captage des rivières, soit du pompage de nappes souterraines dont la pollution ne cesse de s’aggraver. Le seuil de potabilité est bien difficile à maintenir et même parfois impossible à respecter sans que l’usager en soit informé. D’autres éléments non toxiques en eux-mêmes, peuvent entraîner des disfonctionnements en cas de surconcentration ou de présence non assimilable par l’organisme tels que le calcium, le magnésium, le sodium, le fluore, etc…Les propriétés des minéraux dépendent non seulement des atomes qui les composent mais aussi de leur façon de s’associer entre eux. Les minéraux sont mieux assimilés lorsqu’il sont nous forme organique (c.à.d végétale).

 

Les travaux du Pr VINCENT ont permis de définir les qualités d’une eau selon 3 paramètres :

  • Son PH : Acidité ou basicité de l’eau. Le PH < à 7 indique qu’une eau  doit être légèrement acide.
  • Son potentiel d’oxydoréduction (Rh2) : richesse en électrons pour les réactions  biochimiques. L’eau doit être riche en électrons pour être légèrement réductrice.
  • Sa résistivité : elle doit être au minimum de 8000 Ohms donc très peu conductrice.

Mesures Bioelectroniques des eaux minérales

Marques PH Oxydat° Rh2 Résistivité Nitrates
eau idéale 6,3/6,8 < à 23 > à 10 000 0
VOLVIC 7,0 26,60 5,263 6,3
EVIAN 7,4 26,52 1,697 3,8
VITTEL 7,6 26,92 825 6,0
CONTREX 7,2 26,64 431 0
HEPAR 7,3 29,96 383 3
PERRIER 5,5 24,27 1,369 19
BADOIT 5,9 24,90 519 5,3
VICHY 6,4 25,04 144 0
MONT ROUCOUS 6,00 26,30 43,500 2,3

 

L'eau du robinet

Elle comporte beaucoup d’inconvénients :

Présence plus ou moins importante d’éléments toxiques suivant les régions, les saisons, les stations et les sources d’approvisionnement.

Son PH  est toujours supérieure à 7 et sa résistivité voisine de 2000 Ohms.

L’association du chlore et des matières organiques en suspension forme des organochlorés cancérigènes ne permettant pas au maman de s’en servir pour les biberons.

 

L'eau en bouteille

Elles sont souvent trop minéralisées. Une consommation trop longue peut entraîner des surcharges et une fatigue de l’organisme. Elles ne doivent être consommées que par cure.

Les propriétés relevées à la source ne se retrouvent pas dans les bouteilles. Après seulement une semaine de stockage dans des conditions normales, les analyses bioélectroniques et examens thésigraphiques (cristallisation sensible) montrent des différences importantes.

Même les meilleures eaux en bouteille (Mont-Roucous, Volvic) ne peuvent échapper à la stagnation néfaste, au mauvais stockage et aux emballages polluants.

 

L'eau bouillie

L’action de bouillir ne fait que concentrer les éléments toxiques sans éliminer la totalité des virus, microbes et bactéries.

Il ne reste néanmoins sûr que l’eau sortant d’une source présente un élément primordial : le mouvement donc la vie. Mais restent-il des sources non polluées ?

 

Alors que boire ?

L’eau purifiée par OSMOSE INVERSE est la solution IDEALE.

lle présente des caractéristiques bioélectroniques parfaites pour la santé :

  • Elle a un PH de 6,7, donc légèrement acide
  • Elle est riche en électrons pour les réactions biochimiques.
  • Elle doit être peu conductrice avec une résistivité > 10.000 Ohms, permettant un parfait fonctionnement rénal.

Les travaux du Professeur VINCENT ont permis d’établir que les reins fonctionnaient suivant le principe d’osmose et de contre osmose, d’où la nécessité de boire une eau très pure et de très haute résistivité pour l’élimination des toxines et la purification du sang pour le bon fonctionnement de tous les organes de notre corps.

L’eau osmosée permet de redécouvrir le goût de l’eau pure, légère et agréable à boire, en préservant la saveur des aliments et des boissons, tout en nous garantissant contre certaines attaques virales et microbiennes.


L’eau alcaline

Pour commencer, il n’y a pas d’unanimité, dans le monde scientifique, concernant l’acidité ou l’alcalinité de l’eau et ses répercussions sur la santé.

Les tenants de l’alcalinisation parlent des tissus organiques (le terrain) alors que les tenants de l’acidification parlent du sang.
Or, tissus et sang n’ont pas le même pH. Leurs pH sont au contraire opposés l’un à l’autre. On peut même dire que le pH de l’un est toujours le reflet inverse de l’autre.
(Réf. www.christophervasey.ch)

LC Vincent, dans ses travaux sur les mesures bioélectroniques, avait déterminé, au 20éme siècle, que de boire une eau avec un PH situé entre 6.5 et 7.5 était bénéfique à notre santé.

Hervé Janecek, docteur vétérinaire, directeur de l'entreprise de traitement d'eau Dileka, précise à ce sujet (réf. « Libres Opinions », annexe au livre du professeur Yann Olivaux: "La Nature de l'Eau") que le pH de notre eau de boisson doit être légèrement acide car l’eau des cellules normales est à pH=6,8, valeur offerte naturellement par les sources naturelles de Vollore, Roucous et Montcalm). Cette légère acidité favorisera les bactéries utiles (bifidus et lactobacillus) et évitera la prolifération des germes intestinaux de type salmonella, clostridium et colibacillus. Le Dr Hervé Janecek rappelle également que le bon fonctionnement des reins (pression osmotique) exige un sang pauvre en sels minéraux, donc résistif.

Il est certain que 60ans plus tard, notre façon de vivre et de nous nourrir a fondamentalement changé, entraînant un excès d’acidité qui fragilise les systèmes corporels.
La recommandation de boire une eau légèrement acide ne concerne évidemment que les personnes en bonne santé, c'est-à-dire celles dont les coordonnées bioélectroniques sont proches des valeurs idéales qui avaient été mesurées en 1927 par le professeur L.-C. Vincent sur les jeunes sportifs du Bataillon de Joinville. Bien que ces études soient anciennes et ne correspondent plus à notre société polluée d’aujourd’hui, j’estime qu’elles apportent justement des références précieuses sur les valeurs optimales de l’organisme humain car celles-ci ne pourraient plus être mesurées aujourd’hui !

A mon avis, la seule erreur à ne pas faire serait de vouloir utiliser ces valeurs comme des modèles absolus auxquels on essaierait de s’identifier d’emblée et sans réflexion : sachant par exemple que le sang idéal est légèrement acide, on éviterait ainsi de boire une eau alcaline alors qu’en réalité, face aux terrains acidifiés actuels, il faudrait au contraire, à titre thérapeutique préalable et très temporaire, compenser ce déséquilibre par une eau très alcaline. Sur un terrain intracellulaire suracidifié (p. ex. en cas de cancer), il est évident que le bioélectronigramme du prof. Vincent présentera logiquement, afin de compenser cette acidification intracellulaire, des fluides extracellulaires très alcalins.
 

Le bioelectronigramme

 

Il est donc logique qu’il faille, en présence d’acidose pathologique, boire temporairement une eau très alcaline (à pH = 9,5) et consommer des aliments alcalinisants comme le poireau, le concombre, la pomme de terre (riches en potassium) et la betterave rouge (riche en rubidium très alcalin). Un pH = 11,5 par électrolyse de l’eau du robinet dans un appareil alcalinisateur  sera donc plus thérapeutique qu’une eau à 9,5.
Les surprenants effets de cette eau sont expliqués par les résultats vérifiés par coloscopie, selon les travaux du Dr Hiromi Shinya, gastro-entérologue très connu au Japon. Par la même méthode d’alcalinisation thérapeutique, des résultats extraordinaires ont été obtenus par le Dr James Howenstine sur des patients cancéreux grâce à un traitement par césium-rubidium-potassium (éléments très alcalins).

Nous ne gérons plus les déchets acides de la façon dont nous avions l’habitude de le faire.
Il en résulte une corrosion importante et prolongée propice à environnement où la maladie peut se manifester facilement, en opposition avec un environnement équilibré.

En l’absence d’un programme d’équilibre acido‐basique, chaque partie de notre corps doit fournir un plus grand effort pour se maintenir en bonne santé, car tous les organes, les poumons et même la peau sont impliqués dans le maintien d’un niveau correct du
PH du sang.

Celui-ci ne peut varier que de 0.06, entre 7.36 et 7.42, car < 7 ou > 7.8, c’est la mort à brève échéance.
NOTE – Comme l’explique le Dr Hervé Janecek dans la revue Sources Vitales (n°76, septembre 2010, p. 12-13), les dangers de la thérapie par eau alcaline et réductrice sont les suivants.
D’une part l’on favorisera les dangereuses bactéries alcalinophiles (comme les genres Clostridium, et Pseudomonas, le vibrion du choléra, et toute la flore de putréfaction,  au détriment de la flore acidophile normale (Lactobacillus).
D’autre part, « une eau très riche en électrons peut à terme désamorcer la défense anti-radicalaire » et ainsi –paradoxalement- relancer le processus de suroxydation que l’on voulait éviter. Le Dr Janecek considère donc cette eau « morte, c’est-à-dire dont les liaisons hydrogène ont perdu leur énergie » comme pouvant constituer une « eau de cure ponctuelle durant 15 jours ou 1 mois, bénéfique localement sur une muqueuse ulcérée donc oxydée » mais « en aucun cas une eau à boire toute sa vie comme le préconisent les promoteurs de cette électrolyse parfaitement non naturelle ! »
(Réf : http://dbloud.free.fr/eaux.htm)

Un alcaliniseur d’eau relié à votre robinet ou à votre osmoseur filtre votre eau de la plupart des impuretés, y compris le chlore, et sépare et enlève les minéraux acides, donnant un filet illimité d’eau purifiée et puissamment alcaline.
 

Plusieurs possibilités vous sont offertes à l’heure actuelle

1) Placée au dernier stade de votre osmoseur, une cartouche reminéralisante alcalinisante remontera votre PH> 8.
L’avantage de cette installation est d’avoir, si vous le désirez, une eau débarrassée de 98% des polluants présents dans les eaux de réseaux, anti-oxydante (ionisée) et de haute résistivité, grâce au principe de l’osmose inverse, qui permettra la bonne assimilation des minéraux apportés par la cartouche alcalinisante.

2) Un alcaliniseur,  placé sur votre évier, vous donnant le choix du degré d’alcalinité désiré.

Nous conseillons, quand même, de boire cette eau, de manière progressive (choix du PH) et ponctuelle, suivant votre état physique et votre manière de vivre, aucune étude approfondie ne prouvant l’effet bénéfique de l’eau alcaline (PH >8) , bue constamment, sur un organisme normalement sain. 

Le cas échéant, demandez l’avis de votre thérapeute.

Copyright © 2017 - Solution de création de sites Internet éditée par EPIXELIC - Administration - webgreen